L’énergie GPL
au service de l’efficacité
& de la maîtrise de l’énergie

Partager
Partager

Face au changement climatique et à la diminution des ressources, l’efficacité énergétique s’impose au quotidien. Elle s’accompagne d’un renforcement constant du cadre réglementaire pour réduire les consommations énergétiques et des équipements.

Pour les consommateurs, l’efficacité énergétique offre une opportunité de faire des économies d’énergie tout en réduisant sa facture. Pour les professionnels, elle ouvre la voie à l’innovation pour développer des solutions plus performantes et répondre aux exigences croissantes dans le secteur de la construction et de la rénovation. Les caractéristiques du propane en font une énergie pertinente pour répondre à ces exigences et accompagner ces évolutions.

- 20%
CO2
par rapport au fioul
13,8
kwh/kg
PCS du propane

Bâtiments & Efficacité énergétique

La Loi relative à la Transition Énergétique pour la Croissance Verte (LTECV) a pour objectif de réduire la consommation énergétique finale de 50 % en 2050 par rapport à la référence 2012 en visant un objectif intermédiaire de 20 % en 2030.

Bâtiments & Efficacité énergétique

Avec une performance énergétique moyenne de 240 kWhep/m2/an, le bâtiment est le secteur le plus consommateur d’énergie en France. Il représente près de 44 % de la consommation d’énergie et 20 % des émissions nationales de gaz à effet de serre.

Née du Grenelle de l’Environnement, la Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) vise à encadrer les émissions des gaz à effet de serre et à limiter les consommations d’énergie. Elle s’applique aux bâtiments neufs comme aux bâtiments existants.

Ainsi, un niveau maximum de consommation d’énergie primaire est fixé à 50 kWh/m²/an pour les 5 usages : chauffage, eau chaude sanitaire, auxiliaires, éclairage et climatisation. L’isolation du bâti, l’éclairage naturel, la conception du bâti et la technologie de chauffage sont les paramètres qui vont permettre d’atteindre cet objectif. D’où l’importance du choix de l’énergie et de technologies adaptées.

Le saviez-vous ?

Remplacer une vieille chaudière fioul par une chaudière à condensation gaz permet :

  •  d’économiser jusqu’à 30% d’énergie
  • de réduire les émissions de CO2 de 50%

De plus, la combustion du gaz propane ne génère pas d’émissions de particules fines, d’oxydes d’azote ni de fumées grasses. Grâce à la combustion propre du gaz, la durée de vie des installations propane est plus longue. L’entretien est facilité et son coût moins élevé que celui d’une chaudière fioul.

 

RT 2012 Bâtiments neufs

La Réglementation Thermique 2012 s’applique aux permis de construire de certains bâtiments tertiaires et de tous les bâtiments résidentiels. Elle a pour but de diviser par 3 la consommation d’énergie des bâtiments neufs.

Elle fixe un seuil maximal de consommation d’énergie primaire de 50kWh/m2/an pour cinq usages : chauffage, eau chaude sanitaire, climatisation, éclairage et auxiliaires, et varie selon le type de bâtiment, son altitude et sa zone climatique. Ce seuil de 50kWh/m2/an équivaut au label « Bâtiment Basse Consommation » (BBC).

→  En savoir + sur la réglementation thermique pour les bâtiments neufs

RT Bâtiments existants

Une réglementation thermique est également dédiée aux bâtiments résidentiels et tertiaires existants.

Celle-ci s’applique dans le cas de travaux de rénovation.

Selon le type de bâtiment, le type de rénovation et la surface du bâtiment à rénover, la réglementation thermique impose :

  • soit un objectif de performance globale pour le bâtiment rénové (RT globale)
  • soit une performance minimale pour chaque élément remplacé ou installé (RT élément par élément).

→  En savoir + sur la réglementation thermique pour les bâtiments existants

Après la RT 2012 : la RE 2018 et la RE 2020

  • La RE 2018 est la réglementation environnementale qui sera applicable à tous les bâtiments publics dès 2018
  • La RE 2020 est la réglementation environnementale qui sera applicable à toutes les constructions neuves à partir de fin 2020

La RE 2018 a pour objectif d’augmenter les exigences de la RT 2012 : elle prend en compte les émissions de CO2, les consommations d’énergie et de ressources sur l’ensemble du cycle de vie, et incite à recourir aux énergies renouvelables pour couvrir les besoins des bâtiments. Ce faisant, elle incite à une production d’énergie supérieure à la consommation : la consommation d’énergie devra donc être inférieure à 0 kWh d’énergie primaire par m² par an.

La RE 2020 repose sur le concept de BEPOS (Bâtiments à Energie POSitive) pensé dans le cadre du Plan bâtiment durable. Son objectif est que tout bâtiment nouvellement construit produise davantage d’énergie qu’il n’en consomme.

Le label Énergie-Carbone

Le label énergie-carbone est un nouveau label à l’heure actuelle expérimental.

Cette expérimentation Énergie-Carbone engage les acteurs du bâtiment à construire des bâtiments plus performants que ne le prévoient les réglementations actuelles, puis d’en tirer un retour d’expérience qui permette, le moment venu, d’affiner les exigences de la future réglementation.

Le label Énergie-Carbone entrera en vigueur en 2020 et fera partie intégrante de la RT 2018, permettant de répondre au double objectif de la nouvelle réglementation d’allier bâtiments à énergie positive et bâtiments bas carbone.

 

 En savoir + sur la RT 2018

 En savoir + sur la RT 2020

 En savoir + sur le nouveau label Energie-Carbone

 

L’énergie GPL répond  aux exigences des règlementations thermiques actuellement en vigueur dans les bâtiments neufs et existants grâce à ses caractéristiques énergétiques et environnementales, sa souplesse d’utilisation, le rendement élevé des équipements de chauffage et à sa facilité de couplage avec des ENR (chaudières condensation, chaudières hybrides, micro-cogénération, couplage gaz-solaire et gaz-bois. Elle offre des solutions qui permettent d’atteindre une haute performance énergétique, à des coûts maîtrisés.

FOCUS : Economies d’énergie : procédez par étapes ! 

Deux études d’Energies & Avenir soulignent le potentiel de la boucle à eau chaude en termes d’économies d’énergies, de coût d’investissement et de temps de retour sur investissement.  Selon les résultats de ces études, il est possible de réaliser des travaux d’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments peu contraignants, à un coût abordable pour les ménages et permettant des économies d’énergie immédiates de plus de 40%. Moderniser l’équipement de chauffage et isoler des combles perdus génère des économies immédiates et pérennes sur les plans économiques et énergétiques.

Innovation & économies d’énergie :
l’énergie GPL au service de la performance des équipements

L’amélioration de l’efficacité énergétique s’accompagne d’une évolution des équipements de production de chaleur, stimulée en particulier par les directives européennes Ecodesign & Labelling.

 

FOCUS : La directive Ecodesign, c’est quoi ?  

Cette directive fixe des exigences d’écoconception, de rendement et d’émissions de polluants aux produits liés à l’énergie commercialisés sur le territoire européen. Elle a pour objectif d’améliorer la performance environnementale des produits et ainsi, de contribuer activement aux objectifs européens de réduction des consommations énergétiques et d’émissions de gaz à effet de serre.

 

De nouvelles technologies de production de chaleur et d’électricité à partir de gaz – dont le butane et le propane – permettent de réduire les consommations liées chauffage et à la production d’eau chaude sanitaire. Le propane accompagne ces innovations : il complète les performances des nouvelles solutions et réduit les émissions de CO2 et de polluants comparé à d’autres énergies comme le fioul.

Le système du chauffage à eau chaude (chauffage central) permet d’intégrer facilement les énergies locales et renouvelables (bois, solaire, géothermie…).

En complément de l’énergie GPL utilisée, ces énergies renouvelables permettent d’alimenter la boucle à eau chaude et de réduire d’autant plus :

  • les émissions de CO2
  • les coûts liés aux consommations énergétiques.

Parmi ces solutions, on compte la chaudière à condensation, la chaudière hybride, la pompe à chaleur gaz ou encore la micro-cogénération. Elles participent à la généralisation progressive des bâtiments à énergie positive.

 

En savoir + sur ces technologies :

La chaudière à condensation

À la différence d’une chaudière traditionnelle, qui laisse s’échapper la vapeur d’eau produite pendant la combustion, la chaudière à condensation récupère cette vapeur pour la transformer en chaleur.

Ce type d’installation permet d’effectuer en moyenne 30 à 40 % d’économies par rapport à une chaudière ancienne génération et environ 15% par rapport à un modèle standard récent.

Il n’est pas nécessaire de modifier l’ensemble du système de chauffage : la chaudière à condensation prend simplement la place de l’ancienne chaudière.

La chaudière à condensation permet d’économiser près de 6 900 kg de CO par an, soit l’équivalent des émissions annuelles émises par une voiture ayant roulé 50 000 km (soit plus de deux fois le nombre moyen de kilomètres annuels parcourus par un véhicule diesel (INRETS)).

Si cette technologie représente un investissement plus lourd au départ, elle permet de bénéficier d’un crédit d’impôts de 30% sous certaines conditions. Dans tous les cas, les importantes économies d’énergie permettent un retour sur investissement plus rapide.

La chaudière hybride

La chaudière hybride combine une pompe à chaleur et une chaudière à condensation à une régulation intelligente. Ce système assure le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire.

La régulation se fait à deux niveaux :

  • Sur sonde de température extérieure pour adapter la température de l’eau de chauffage
  • Sur d’autres paramètres (prix des énergies, énergie primaire…) en privilégiant à tout instant le système énergétique disposant du meilleur rendement.

Ce type de chaudière offre une large plage de modulation de puissance qui lui permet de s’adapter aux besoins des logements bien isolés.

Ses programmes de régulation offrent un pilotage en fonction de la température extérieure d’une part, et d’autre part en fonction du rendement sur énergie primaire, sur le prix des énergies.

Par l’utilisation de l’énergie gaz quand la température extérieure s’approche de 0°C ou devient négative, elle contribue à la réduction des pointes sur les réseaux électriques.

Elle permet également de rafraîchir l’air grâce à un réseau de radiateurs dynamiques ou sur planchers chauffants/rafraîchissants.

Comparée aux chaudières d’ancienne génération, elle permet une réduction de la facture énergétique qui peut atteindre 40%.

Comparée aux chaudières hautes performances, cette réduction est de 20%.

 

→  En savoir plus sur la chaudière hybride 

La pompe à chaleur (PAC)

La plupart des pompes à chaleur disponibles sur le marché fonctionnent à l’électricité.

Leur principal inconvénient est une chute du coefficient de performance (COP) lors des fortes baisses de températures extérieures et donc des besoins en chauffage plus importants.

La technologie gaz permet de s’affranchir de ce type de désagrément : quelles que soient les conditions climatiques, elle présente des performances identiques grâce à la récupération de chaleur sur le moteur à gaz ou sur la réaction d’absorption. Cette caractéristique lui permet également d’assurer les besoins en chauffage et en eau chaude sanitaire en toute autonomie, tout en divisant par deux la surface de capteurs thermiques (géothermie) nécessaire à son fonctionnement. Les coûts d’installation sont donc significativement réduits.

De plus, grâce à leur principe de fonctionnement, les PAC gaz permettent la fourniture d’eau chaude à des températures de l’ordre de 65 à 70 °C. Elles présentent ainsi une forte polyvalence qui leur permet de s’adapter à tout type d’émetteur de chaleur (plancher chauffant, radiateurs ou ventilo-convecteurs). Les pompes à chaleur gaz peuvent être soit du type air-eau (aérothermie) soit du type eau-eau (géothermie).

 

Différentes technologies existent à l’heure actuelle :

 

  • La PAC à moteur à gaz

Son fonctionnement est similaire à celui de la PAC électrique, mais avec un compresseur entraîné par un moteur à gaz. La revalorisation de la chaleur dégagée par le moteur thermique permet de garantir un coefficient de performance élevé même lors de très faibles températures extérieures.

 

  • La PAC à absorption à gaz

La circulation du fluide est obtenue par une compression thermochimique assurée par un brûleur à gaz au lieu du traditionnel compresseur mécanique. Plusieurs sources de chaleur sont alors valorisées : la condensation du fluide frigorigène, la réaction d’absorption ainsi que la récupération de chaleur sur les produits de combustion.

 

  • La PAC à absorption-diffusion à gaz

Elle utilise des fluides frigorigènes composés d’eau, d’ammoniac et d’hélium. Leur circulation est obtenue, non plus par une pompe ou un compresseur, mais grâce à la différence de densité et de concentration des fluides frigorigènes occasionnées par les apports de chaleur du brûleur à gaz.

 

Les autres atouts de la PAC gaz résident dans :

  • Leur réversibilité, garantissant le chauffage des locaux en hiver et leur rafraîchissement en été (climatisation).
  • Leurs performances élevées qui en font une technologie adaptée aux nouvelles règlementations thermiques et autres labels de performance énergétique.
  • L’utilisation de fluides frigorigènes non impactants pour l’environnement.
  • Leur silence de fonctionnement.

 

→  En savoir plus sur la pompe à chaleur gaz à absorption

→  En savoir plus sur la pompe à chaleur gaz à zéolithe (adsorption)

La chaudière à micro-cogénération

La chaudière à micro-cogénération, également appelée « écogénérateur », est une chaudière à condensation couplée à un moteur Stirling. Elle permet de produire de l’électricité en plus du chauffage et de l’eau chaude sanitaire.

Cette technologie présente des performances et un rendement élevé pouvant atteindre près de 107 % sur Pouvoir Calorifique Inférieur (PCI : quantité de chaleur dégagée par la combustion d’une unité de masse de produit (1kg) dans des conditions standardisées). Elle garantit ainsi la réalisation d’économies d’environ 35 % par rapport à une chaudière standard et réduit les coûts d’exploitation d’environ 5,5 % par rapport à une chaudière à condensation.

La chaudière à micro-cogénération présente également l’avantage de produire de l’électricité au moment des pics de consommation. Elle constitue ainsi une solution d’effacement de la pointe de consommation engendrée par le chauffage électrique. L’État soutient le développement de cette technologie par un crédit d’impôts de 30% sous certaines conditions.

 

→  En savoir plus sur la chaudière à micro-génération

Le Saviez-vous ?

Les gaz butane et propane sont des compléments efficaces aux énergies renouvelables

Les solutions alternatives de production énergétique existantes (énergie solaire, éolienne, hydroélectricité…) ont une production variable selon la journée ou les saisons. Que ce soit pour produire de l’électricité ou de la chaleur, il est donc nécessaire de les coupler à une énergie disponible instantanément.

Stockables et disponibles sur l’ensemble du territoire, le butane et le propane répondent parfaitement à ce besoin alternatif. Couplés à une source d’énergie renouvelable, gratuite et inépuisable, ils permettent de concilier économies et préservation de l’environnement.

S’adaptant aux spécificités territoriales, ils complètent les ressources énergétiques locales et soutiennent le développement des énergies renouvelables.

Le Saviez-vous ?

Une solution
souple et évolutive

Le propane est une solution adaptable et évolutive :

  • En cas de possibilité de raccordement au réseau gaz naturel, nul besoin de changer de chaudière : un réglage des brûleurs suffit pour passer au gaz naturel.
  • Solaire, éolien, bois… il est possible de facilement coupler la chaudière propane à une énergie renouvelable, lors de l’installation ou ultérieurement.
  • Le propane fonctionne avec une gamme étendue de technologies : chaudière à condensation, chaudière hybride… Raccordée à une citerne ou à un réseau canalisé, la chaudière propane est simple à installer. Elle s’ajuste à toutes les configurations intérieures et n’impose aucune exigence de ventilation supplémentaire quand il s’agit d’une chaudière étanche à ventouse. Murale, elle s’insère facilement dans les espaces exigus.

Une énergie performante

Les gaz butane et propane présentent l’un des meilleurs pouvoirs calorifiques en kWh/t.

 

 

Comparé à l’électricité, le rendement en énergie primaire des systèmes de chauffage électrique direct est deux fois plus faible que celui des solutions fonctionnant au gaz propane.